Le Iceman et le pouvoir de la concentration

Avez-vous entendu parler du Iceman? 

En navigant sur youtube on tombe des fois sur de trucs étonnants. Le documentaire "Inside de Superhuman World of the Iceman" a été une bombe pour moi. Il parle de cet hollandais appelé Win Hof qui arrive à faire de l’impossible du possible, seulement grâce à son pouvoir mental il arrive à changer son métabolysme. Juste pour illustrer, cet homme a monté l’Everest … en short. Il est aussi resté 2 heures submergé en eau glâcé sans aucun changement de la température du corps. Pire, pour prouver que l'on peut tout contrôler par le mental, il s’est aussi fait injecter des virus par des docteurs, et a reussit à ne pas tomber malade !

“I do not fear death, I fear not to live fully. If I live fully i am not into death, I’m living!” 

“Iceman”, de son vrai nom Win Hof, garanti qu’il n’est pas un super-humain. Selon lui, tout le monde peut arriver à faire de même. Il faut juste développer ses capacités.

Son pouvoir mental est tel que, selon des analyses faites en laboratoire, il arrive à augmenter l’adrénaline de son corps jusqu’à un taux semblable à celui de quelqu’un qui fait du bodyjump pour la première fois. Ce prodige solicite un contrôle conscient du système nerveux autonome, ce que les docteurs considerait ne pas être possible avant de le prouver en laboratoire.

L’ augmentation de l’adrenaline stymule le système immunitaire, et grâce à ça l’ Iceman a pu échapper à la contamination par des maladies qui étaient injéctés directement dans ses veines pour l’interêt de la science.

Win Hof croit que on peut se proteger de n’importe quelle maladie physique, aussi que de la dépression, en travaillant la connexion entre corps et esprit. Le documentaire montre un ami à lui atteint d'un cancer en phase terminal, qui s’est retrouvé en bonne santé grâce aux téchniques d'autoguérison du Iceman. 

L' hollandais parait avoir une vision 100 % matérialiste du corps. À un moment donné il dit que dans ces techniques, tout est une question de chimie. Mais on comprend plus tard que ce qu’il considère comme chimique est plus large que tout ce qui est tangible, ou mesurable. Il parle par exemple d’un champ d’énergie qui entoure chaque personne, il était même d’accord pour appeller ça “aura”. J’aurais préféré le nommer : corps subtile 😉

"We do not need psycotherapy, just to breath, to bring back the control to ourselves and connect with the body.”

La méthode de Win Hof pour maitriser son organisme repose sur trois bases: l’exposition au froid, les pratiques respiratoires et la concentration. 

De ce que j’ai compris, malgré que le froid soit absolument essentiel dans la méthode du hollandais, ce sont la concentration et la réspiration les facteurs indispensables pour développer le pouvoir du mental sur le corps physique.

Dans le programme du Iceman, le froid est important pour deux raisons: il crée un environnement favorable à l’entrainement de la concentration - vue que, quand on est en short dans une montaigne eneigée, on est instinctivement concentré pour éviter de mourir d’hypothermie - et il pemet de mettre à l'epreuve le pouvoir mental aquerit avec les techniques de respiration et de concentration. Au final, ce sont bien la concentration et la réspiration qui changent tout. Le froid n’est qu’un facteur exterieur qui rend le processus plus efficace.

Quand on est passioné du yoga, on voit le yoga partout. Évidemment que dans ce documentaire j’ai vu : pranayama (controle de la respiration) et dharana (concentration), deux des huit membres du Ashtanga Yoga de Patanjali.

Dans le Ashtanga Yoga, les pratiques de respiration sont une préparation pour la concentration, et cette concentration est elle-même une préparation pour la méditation. L’objetif est d’arriver au samadhi, l’état de pure présence, de dissolution de l’ego, d’union total avec la conscience superieure. 

Dans le système de Patanjali, la santé du corps vient avant le travail sur la respiration et la concentration, comme résultat de la pratique des asanas (postures). 

Autrement dit, le yoga prescrit “l’entrainement" du corps comme préparation pour pouvoir travailler sur la réspiration. Le contrôle de la respiration comme preparation pour commencer à développer le pouvoir de concentration. La concentration comme préaquis pour arriver à méditer. Et la méditation comme dernière étape avant le samadhi - la totale autorréalisation spirituel.

Même si depuis des siècles les yogis experimentent les effets superbes du pranayama sur la santé physique, ces résultats ne sont pas l’objectif même dans la pratique respiratoire.

Le sytème de Win Hof est différent : on travail sur la respiration et sur la concentration pour pouvoir acquerir la santé totale du corps, et la santé mentale. Pas de mention a priori sur une recherche spirituel (même si un moment donné il affirme que sa méthode s’inscrit dans l’intercession de la spiritualité et de la science). 

Il parait que les chemins et buts du yoga soient totalement différents de la méthode du Iceman, mais c’est juste en apparence. Dans le documentaire, on demande à Win Hof qu’est-ce qu'il le motive à faire ce qu’il fait, quels sont ses objectifs ? Il répond qu’à la fin, il n’y a que l’amour qui compte. Et l’amour dont il parle n’est pas l’amour pour sa famille, pour sa femme ou son chien. Il parle d’un amour sans objet spécifique, qui n’a pas de circonstance ni de limitation. Un état de pure de compassion et autruisme. Ou, ce que j'appelerai, le samadhi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *